24 Décembre 2013
Indemnisation des travailleurs déclarés invalides

Pétition acheminée à l'Assemblée nationale : réactions suite à la réponse de la ministre


 
Article publié le 19 novembre 2013 par Mme Jennie Hewith, initiatrice du groupe de soutien «L'Assurance invalidité, une affaire juridique » et reproduit, à sa suggestion, afin de mieux faire connaître la problématique aux personnes déclarées invalides par leurs médecins traitants. Elle réagit à la réponse obtenue de la ministre Maltais suite à la pétition déposée à l'Assemblée nationale.
 
 
-----------------
 
Mme Jennie Hewitt, résidente de Rochebaucourt, fondatrice d'un groupe de soutien ''L'Assurance invalidité, une affaire juridique'', soutenant des travailleurs invalides, à qui pourtant les assureurs refusent une indemnisation d'invalidité, a initié, en février 2012, une pétition pour l'indemnisation des travailleurs déclarés invalides par leurs médecins traitants (généralistes et spécialistes), déposée à l'Assemblée Nationale par le député de Chauveau, M. Gérald Deltell.

Cette pétition a recueilli 3550 signatures.


Mme Hewitt, les membres de son groupe ainsi que de nombreux membres de divers groupes et associations de personnes invalides, se sont dits très mécontents de la réponse qu'a obtenue cette pétition de la part de madame Agnès Maltais, ministre du travail et de la solidarité sociale.


Mme Hewitt affirme: ''Alors que la pétition mentionnait et impliquait non seulement la CSST, mais aussi la SAAQ, la RRQ, CLP, IVAC, les COMPAGNIES D'ASSURANCES PRIVÉES ET COLLECTIVES. Mme Maltais nous décrit dans sa lettre tout simplement le processus prévu à la CSST, lorsqu'une demande d'indemnisation pour invalidité lui est transmise, omettant tous les autres assureurs, pourtant indiqués clairement dans la pétition.''


Mme Hewitt et des membres du comité exécutif du groupe de soutien, cité ci-haut, ont pris contact avec divers personnes du milieu politique et de toutes allégeances politiques.

Le 1e novembre 2013, M. François Legault a rencontré des représentantes du comité de l'assurance invalidité, une affaire juridique. Elles lui ont présenté un rapport étoffé et complet, sous la forme d'un document de près de 400 pages, concernant la situation économique déplorable de gens souffrants d'invalidité, désirant obtenir une prestation ou une rente d'invalidité, lesquelles, réclamations, sont quasi toujours refusées des assureurs, dès qu'un de leurs médecins-experts déclare ces gens aptes au boulot, malgré l'avis contraire de leurs médecins traitants.

M. Legault a constaté l'importance du dossier et des coûts astronomiques pour la société: prestations d'aide sociale, coûts d'aide juridique, etc. Lui et son équipe ont donc pris le dossier en main. En principe, M. Legault le présentera à l'assemblée nationale sous peu. Le cabinet de Mme Marois en a d'ailleurs été informé.


Sachant que l'expertise médicale est nécessaire pour éviter les abus de certaines personnes ou de complaisance par des médecins, une proposition plus équitable concernant la procédure d'expertise actuelle a été soumise à M. François Legault: laquelle, par la suite, sera présentée au gouvernement.

M. Jean Denis Kusion, attaché politique de Mme Maltais, n'a pu que constater que madame Maltais n'avait pas bien compris le contenu et la requête de la pétition. Après discussion avec Mme Maltais, il appert que ce dossier relève de la loi sur les assurances et relève du ministère de Finances et de l'Économie du Québec. M. Kusion a donc transféré le dossier a M. Mathieu Lalonde, au cabinet de M. Nicolas Marceau.


Dans la même journée, l'attaché politique du bureau du ministre des finances et de l'économie du Québec, M. Marceau, a rejoint le comité exécutif que dirige Mme Hewitt. Il a affirmé considérer sa demande et qu'il prendrait le temps de résoudre le problème.


En fait, selon l'attaché politique de M. Marceau, ils sont au courant des abus, mais dit craindre la fraude, si les lois étaient différentes concernant les dossiers d'invalidité si ces lois tenaient davantage compte de l'avis des médecins traitants des travailleurs qu'ils déclarent invalides.


Mme Stéphanie Donato, attachée politique de M. Laurent Lessard, député du parti Libéral, a confirmé que ce dossier était pris au sérieux et qu'ils y donneraient suite. Ils sont conscients des enjeux de la problématique et des drames humains qui sont aussi dénoncés par des malades à leur bureau de comté. M. Yves Bolduc a soumis la possibilité de rencontrer une représentant du comité exécutif du groupe de soutien crée par Mme Hewitt.


Mme Maude-Alexandre St-Denis-Monfils, attachée politique du cabinet national de Mme Françoise David, cheffe du parti Québec Solidaire, a été informée des démarches du comité exécutif dont fait partie Mme Hewitt pour faire valoir des droits des travailleurs déclarés invalides et des rebondissements concernant la pétition.

''Étant donné que M. Legault semble avoir pris en main le dossier, elle m'a dit qu'ils n'allaient pas dédoubler le travail de M. Legault, donc s'impliquer minimalement, en prenant connaissance du dossier, en faire une analyse et nous revenir avec leur opinion à ce sujet. Je lui ai fait parvenir notre document de 400 pages.'', affirme Mme Hewitt.

Concernant les assurances privés, Monsieur Philippe Lebel, directeur général des affaires juridiques aux autorités des marchés financiers a été contacté. Puisqu'ils régissent tous les assureurs privés, collectifs, bancaires, etc... Ce sont eux qui sont responsables des modifications des lois sous la gouvernance du ministre des finances, soit M. Marceau. Ils ont le droit de faire enquête lorsque l'intérêt public est en jeu. Mme Hewitt et les membres de son comité exécutif attendent une réponse de celui-ci.

Le cabinet de Mme Pauline Marois et tous les partis ont donc été informés du dossier.

Le document est étoffé par son contenu, qui est une demande de modification de la loi sur les assurances en matière d'invalidité pour s'assurer de l'impartialité des médecins et/ou spécialistes versus les médecins experts.

Bien que le gouvernement ne soit pas mandaté pour agir dans le domaine de l'assurance privée, il a toutefois un rôle important à jouer lors d'abus ou de litiges. Un document explicatif concernant le droit d'agir du gouvernement lors d'abus a d'ailleurs été émis par l'Autorité des marchés financiers.


Certains médias font actuellement enquête sur le sujet et ont un dossier très complet avec des faits, des statistiques, des coûts à la société et des preuves qui démontrent une omerta du monde des assurances et des expertises, au détriment de personnes malades et vulnérables.


Un reportage sera bientôt diffusé sur les ondes de Radio-Canada concernant les difficultés parfois insurmontables que subissent les personnes invalides. Des membres du groupe ''L'Assurance invalidité, une affaire juridique'' ont été interviewés et ils ont contribué au partage d'informations importantes concernant la réalité de gens invalides.



Source : Mme Jennie Hewitt, mandataire du comité de l'assurance invalidité, une affaire juridique.

1 (819) 754-5649
 
Pour se tenir au courant des développements, consulter régulièrement la page Web «L'assurance invalidité, une affaire juridique».